TRAFIC INTERNATIONAL D’IPHONE: 21 ARRESTATIONS AU MAROC

TRAFIC INTERNATIONAL D’IPHONE: 21 ARRESTATIONS AU MAROC

Vingt-et-un individus ont été arrêtés à la suite du démantèlement, par les services de sécurité, d’un large réseau international de trafic de téléphones portables, d’ordinateurs, de tablettes, d’ardoises numériques et d’autres accessoires électroniques. Les mis en cause, des Marocains et un ressortissant irakien, ont été écroués et mis à la disposition de l’enquête ouverte sous la supervision du parquet général compétent, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du jeudi 4 mars.

Après la neutralisation de ce réseau de trafic international, il a été procédé à la saisie de 2.496 téléphones portables, 51 montres à main, sept ordinateurs portables, douze ardoises électroniques, dix-huit porte-clés ardoises et d’autres accessoires, ainsi que quatre voitures. De même, une somme de 931.870 dirhams a été saisie chez les personnes interpellées. Cette enquête, précisent les sources du quotidien, a démarré le 8 février dernier suite à la saisie, au port de Tanger Med, d’une importante quantité de téléphones de dernière génération, d’une valeur de six millions de dirhams.

Ces téléphones ont été illégalement introduits au Maroc via la péninsule ibérique. Ces téléphones portables étaient destinés à la vente, notamment au marché aux puces de Derb Ghallef, après falsification des numéros de série et l’emballage des appareils. L’enquête, ajoutent les sources du quotidien, se poursuit toujours, d’autant que des informations font état de l’implication de conducteurs du transport international de marchandises. Les investigations ont révélé également que les appareils illégalement introduits au Maroc étaient ensuite emballés et mis en vente sur le marché. Ce réseau de trafic international, indique Assabah, a été neutralisé par les services de sécurité sur la base d’informations précises fournies par la direction générale de surveillance du territoire (DST).

700 nouveaux bus déployés à Casablanca

700 nouveaux bus déployés à Casablanca

Attendus depuis plusieurs mois, 700 nouveaux bus sont enfin prêts à desservir la capitale économique. Le coup d’envoi de la mise en exploitation de la nouvelle flotte de bus a été donné ce vendredi 12 février lors d’une cérémonie inaugurale à la Wilaya de la région Casablanca-Settat, en présence notamment du wali de la région, Said Ahmidouch, du wali directeur général des Collectivités territoriales, Khalid Safir, du président du Conseil régional Mustapha Bakkoury et du président de la commune de Casablanca, Abdelaziz El Omari.
Cette nouvelle flotte, acquise par l’État à travers le Fonds d’appui aux réformes du transport urbain et interurbain (FART), le délégataire (société ALSA), ainsi que des contributions de la région de Casablanca-Settat et de la Commune de Casablanca, a nécessité un investissement global de 1,4 milliard de dirhams.

Dans un premier temps, la mise en service de cette nouvelle flotte démarrera le lundi 15 février avec 450 bus neufs, dans l’objectif de renforcer l’offre actuelle de transport et la desserte des territoires de l’Établissement de coopération intercommunale AL BAIDA, et prioritairement les zones qui connaissent le plus grand besoin en matière de transport, notamment celles bénéficiant du programme de lutte contre les bidonvilles et du programme de relogement des habitants des constructions menaçant ruine.
Nouvelles lignes :
Les communes et les quartiers desservis pour la première fois sont désormais reliés à Casablanca à travers des lignes radiales ou, à Nouaceur, Mediouna et Mohammedia, à travers des lignes transversales, par l’ajout de 10 lignes supplémentaires.

Il s’agit notamment des communes de Sidi Moussa Ben Ali, Sidi Moussa Ben Majdoub, Chellalate, Ben Yakhlef (préfecture de Mohammedia), Sidi Hajjaj, Tit Mellil et Majattia Ouled Taleb (province de Médiouna), ville Ennasr/Ouled Saleh, Khyayta/Ouled Azzouz, Zaouia et zone industrielle de Nouaceur (province de Nouaceur) et des quartiers Salama 1 et 2 et la zone industrielle de Sidi Bernoussi à la ville de Casablanca.
Le parc sera progressivement renforcé pour atteindre 700 bus totalement neufs à fin 2021, dont 500 bus Mercedes et 200 de la marque Scania Irizar. Équipés de wifi, de système de sécurité des portes, de caméras de surveillance et de rampes d’accès pour handicapés, ces bus qui intègrent “les dernières technologies en matière de sécurité et de confort” devraient, selon le PDG de la société de gestion ALSA, Alberto Pérez, “améliorer de manière significative la qualité du service et la fréquence des lignes dans la métropole”.

42 % de taux d’intégration :
En parallèle à la cérémonie inaugurale, une rencontre avec les sous-traitants et fournisseurs locaux d’Irizar, en charge de la production de 200 bus sur les 700 devant desservir Casablanca, a été organisée en présence du ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy au siège de l’unité industrielle Irizar Maroc.

En marge de cette rencontre, le ministre de tutelle a indiqué que le taux d’intégration locale de la fabrication des bus Irizar a atteint aujourd’hui 42 %. L’objectif est de parvenir, à terme, à 60 %, en “accordant une place importante aux projets de fabrication de pièces à destination de l’écosystème de cette filière dans la banque de projets lancée en septembre 2020”, souligne le ministre.

  • Article Telquel